ActusMédias
Pauses publicitaires

Pauses publicitaires vidéo Facebook: faut-il s’y mettre ?

L’oeil de l’expert est offert chaque mois par ActusMédiasQC et AOD Marketing

C’est officiel depuis cet été, Facebook a intégré les pauses publicitaires dans ses vidéos et même dans les Facebook live. Mais concrètement, comment cela fonctionne ? À qui profite les revenus publicitaires et quel sera l’impact d’un tel changement côté expérience utilisateur ?

Comment ça fonctionne ?

Vous l’avez peut-être remarqué et même peut-être utilisé, il est désormais possible d’insérer des pauses publicitaires dans les contenus vidéo Facebook. Concernant les live, sachez tout de même qu’il vous faudra réunir plusieurs conditions :

  • avoir plus de 2000 J’aime sur votre page
  • avoir un minimum de 300 spectateurs simultanés
  • être en direct depuis au moins 4 minutes
  • respecter un minimum de 5 minutes entre chaque publicité

Si vous réunissez ces conditions, il vous suffira alors de cliquer sur le bouton $ et d’annoncer à vos spectateurs que vous serez de retour dans 20 secondes.

Concernant les vidéos, la pause publicitaire interviendra au milieu du contenu diffusé. Le ciblage choisi déterminera votre placement comme c’est déjà le cas pour les publicités apparaissant sur le fil d’actualité.Quelle différence avec la publicité déjà existante ? On parle de pause à même le contenu et non en pre-roll. Autres distinction importante, il n’est à ce jour pas possible de skipper la publicité.

Côté revenus, le créateur de contenu devrait en percevoir 55%, ce qui sommes toutes, reste la tendance du marché et des pratiques de l’industrie.

Enjeux et impacts

Côté Facebook, l’enjeu intervient à deux niveaux. Premièrement, le directeur financier du réseau social l’a affirmé, les revenus publicitaires de 2017 seront en baisse. Facebook essaie-t-il de pallier à cette tendance avec cette nouvelle fonctionnalité ?

Quand on sait que le vidéo a été déclaré par Mack Zuckerberg comme la « méga-tendance au même titre que le mobile », pas étonnant que Facebook tente d’en exploiter les revenus. D’autre part, c’est annoncé depuis quelques semaines, Facebook lance son service Watch, une plateforme de contenus originaux. Watch fera directement concurrence à Netflix et YouTube. Et dans les prévisions Facebook, les revenus générés par ces nouvelles pauses publicitaires vidéo devraient notamment permettre de financer la plateforme Watch. On comprend donc mieux l’apparition de cette nouvelle fonctionnalité.

Côté expérience utilisateur, c’est là que ça se complique. À ce jour, le ciblage des pauses publicitaires manque clairement de précision. Peut-être qu’en gagnant en popularité cela s’améliorera me direz-vous mais en attendant, cela risque fortement d’engendrer un ennui de l’utilisateur vers la marque. Par ailleurs, l’aspect assez intrusif et non skippable de la publicité constitue un autre frein. Les chiffres sont clairs, les publicités sur YouTube fonctionnent bien mieux quand l’option skip est proposée. Alors Facebook s’alignera t-il sur cette stratégie ? À voir. Enfin, dernier point mais non des moindres, quel sera l’impact en terme de qualité ? En clair, qui va proposer des publicités dans ses contenus vidéo ? Une grande marque fera-t-elle le saut alors que le ciblage est encore trop restreint ? Le risque serait que les pauses publicitaires vidéo Facebook deviennent l’apanage de contenus vidéos de basse qualité.

Le conseil de l’expert

Est-ce que je recommanderai à l’un de mes clients d’investir dans une pause publicitaire vidéo ? À part si c’est une grande marque telle que Coca-Cola et dont l’image est tellement ancrée, je jouerai la carte de la prudence et j’attendrai quelques semaines pour voir l’évolution de cette fonctionnalité. Est-ce que le ciblage va s’affiner ? Est-ce qu’il y aura une demande suffisante pour pouvoir offrir du placement de qualité ? Toutes ces questions sont encore sans réponse aujourd’hui et d’un point de vue professionnel, je recommanderai à mes clients d’opter pour d’autres possibilités Facebook qui ont vraiment le vent en poupe. Par exemple, les publicités Canvas fonctionnent très bien et sont aujourd’hui sous-exploitées. Selon moi, c’est une piste de travail qui doit être considérée dans les stratégies de réseaux sociaux. Bien sûr, je pourrais tout à fait reconsidérer mon opinion sur les pauses publicitaires vidéo si les indicateurs se mettaient au vert car on le sait, dans le numérique tout évolue si vite qu’il ne faut rien prendre pour acquis.

En conclusion, je dirai que les semaines et mois à venir seront déterminants pour cette forme de publicité mais une chose est sûre, Facebook cherche comme toujours à diversifier ses sources de revenus et à financer de nouveaux projets de développement. Le réseau social le sait et cela fait partie de son ADN : pour rester chef de file, il n’a pas d’autres choix que d’innover. Et c’est pour cela qu’on aime autant Facebook qu’on peut parfois l’haïr. On l’apprécie pour ses fonctionnalités et ses multiples possibilités autant qu’on s’exaspère des changements quasi-quotidiens proposés par la plateforme.

Augustin Vazquez-Lévi

Président fondateur d’AOD Marketing, une agence spécialisée dans le marketing numérique, Augustin est véritable expert en SEO et en analytique web. Domaines dans lesquels il a près de 15 ans d'expérience. Depuis 2016, Augustin siège sur le conseil d’administration d’Insertech. AOD Marketing a également été récompensé en 2016 pour son travail pour le compte du Cirque du Soleil en remportant un Boomerang “Artisan SEO”.

Laisser un commentaire

Envoyez-nous vos nouvelles!

Faites parler de vous en envoyant votre nouvelle ou vos communiqués à ActusMédiasQC.

Envoyer vos nouvelles
Partages
/* ]]> */