fbpx
More
    - Publicité -

    Le Devoir repense son modèle d’affaire et met en place un « mur payant »

    Le Devoir maintient son modèle payant, refusant de s’appuyer sur la publicité comme seule source de financement, revenus qui ont baissé de 9,2% en 2014

    Changement de cap pour Le Devoir. Alors que le déplacement des budgets publicitaires vers les nouveaux médias oblige les médias traditionnels à repenser leur modèle d’affaires, Le Devoir n’a pas échappé à ces pressions en 2014, malgré le développement de nouvelles plateformes numériques. C’est pourquoi, le journal a annoncé un nouveau modèle d’accès à son site Web.

    Les cadenas et clés, qui donnaient accès à des articles réservés aux seuls abonnés, font désormais place à un « mur payant », adopté par bon nombre de journaux d’ici et d’ailleurs. Tous les articles sont accessibles à tous, mais avec une limite de 10 articles par mois pour les visiteurs non abonnés. Des messages indiquent aux visiteurs le nombre d’articles lus au cours du mois. Ces mêmes messages leur permettent, soit de se connecter s’ils sont abonnés, soit de s’abonner. Les messages ne seront pas affichés à chaque article lu. Pour le moment, ils le sont au 1er, au 5e, au 6e, au 9e, au 10e et au 11e article. Une page explicative du nouveau modèle sera accessible en cliquant sur le point d’interrogation. Les abonnés du Devoir auront un accès illimité, mais devront se connecter avec leur adresse courriel et leur mot de passe. D’ailleurs, les abonnés n’auront à se connecter que la première fois pour chacun des appareils qu’ils utilisent. La connexion au site Web n’aura pas d’impact sur leur connexion à l’application tablette.

    Les difficultés financières auxquelles les journaux sont confrontés ont pour origine les changements technologiques que, paradoxalement, ils doivent s’approprier pour s’assurer un avenir. Investir dans le développement d’outils numériques et de nouvelles plateformes nous est apparu comme une nécessité qu’on ne pouvait remettre à plus tard. Nous avons ainsi choisi de concentrer en 2014 nos efforts sur le développement d’une application tablette qui permettrait aux lecteurs de lire Le Devoir sur les tablettes de tous formats ayant les systèmes d’exploitation iOS ou Android. (…) Ce Devoir numérique est différent de la version papier parce qu’il permet d’offrir davantage de contenus et d’accéder de façon dynamique à des compléments d’information. Mais c’est toujours un journal dont la mission première est d’informer. (…) Aujourd’hui, nos lecteurs peuvent nous trouver là où ils nous veulent puisque Le Devoir est disponible sur cinq plateformes différentes. Outre le papier, la tablette et le Web viennent de s’ajouter une nouvelle version du format virtuel et une nouvelle version de notre site mobile. Les objectifs que nous nous étions fixés sont atteints.
    Bernard Descôteaux, directeur, Le Devoir

    Avec ce mur payant, Le Devoir maintient donc un modèle payant mis en place il y a 12 ans, quand certains de ces concurrents ont opté pour un modèle gratuit de diffusion de leurs contenus.

    Nous rejetons l’idée que les revenus de publicité puissent et doivent à l’avenir assurer seuls le financement des médias d’information, qu’ils soient imprimés ou numériques. Nous pensons que servir un lectorat, en lui fournissant chaque jour une information indépendante de qualité, triée, recherchée, vérifiée, mise en contexte et expliquée, et se faire payer pour ce service qu’on offre n’est pas, en soi, un modèle d’affaires dépassé. La qualité de l’information au Devoir ne se conçoit pas sans une totale indépendance éditoriale, laquelle nous vient d’abord des lecteurs.
    Bernard Descôteaux, directeur, Le Devoir

    Rappelons que le journal présentait, au 31 décembre 2014, un résultat opérationnel négatif de 719 685 $. L’année précédente, il avait enregistré un résultat négatif de 1 453 030 $, lequel comportait toutefois une dépréciation du goodwill d’un montant de 983 185 $. Pour l’année qui vient de se terminer, les revenus de publicité ont connu une baisse de 9,2%. Les revenus tirés de la diffusion du journal, toutes plateformes confondues, ont diminué de 2,5%. La diffusion du Devoir, telle qu’elle a été constatée par l’Alliance for Audited Media, s’est établie pour le semestre terminé le 31 mars 2015 à 34 219 exemplaires pour les jours de semaine et à 53 928 exemplaires pour l’édition du week-end. Le nombre d’abonnés numérique s’élève à près de 8 200. Le nombre cumulatif de lecteurs par semaine est, selon le Print Measurement Bureau, de 488 000.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Recommandé pour vous

    Les plus populaires

    Vous aimerez aussi ces nouvelles

    Continuez votre lecture autour du sujet :

    Le Devoir repense son modèle d’affaire et met en place un « mur payant »

    Le Devoir fait évoluer sa maquette papier

    Lucie Lacava, qui a imaginé la grille graphique du D Magazine, signe la nouvelle...

    Élections Québec 2018 : Plusieurs médias associés pour un débat en direct

    Plusieurs médias d'ici ont conclu une entente avec les représentants des quatre principaux partis politiques...

    La saison 2 de la série de débats publics du Devoir bientôt en ondes

    Dès le 18 avril sur Canal Savoir Dès le lundi 18 avril à 20h, Canal...

    Les débats publics organisés par Le Devoir diffusés à Canal Savoir

    Quatre débats seront offerts jusqu'au 12 décembre Depuis le 16 novembre et jusqu'au 12 décembre,...

    Plugin Kapsule Corp