ActusMédias

Commerce électronique au Québec : les entreprises font-elles de la résistance ?

L’oeil de l’expert est offert chaque mois par ActusMédiasQC et AOD Marketing

Je suis toujours aussi surpris de la complexité d’acheter en ligne. Pourquoi est-ce toujours long et fastidieux ? Est-ce que c’est une question d’adaptation ? De volonté de transformation ? Se donne-t-on seulement les moyens de penser numérique ou fait-on de la résistance à ce mode d’achat ?

Pour tout vous dire, cette réflexion est partie d’un constat personnel. Alors que j’essayais d’acheter un livre sur le site Internet Archambault, que de déconvenues rencontrées sur mon parcours d’achat ! Mon intention était d’acheter en ligne certes, mais au Québec, pour supporter notre économie locale. Mais j’ignorais que mon parcours d’achat serait aussi complexe :

  • Étape 1 : Je trouve mon livre sur le site
  • Étape 2 : Je l’ajoute au panier
  • Étape 3 : Je dois créer un compte. Ok. Done.
  • Étape 4 : Je dois valider par un captcha. Ok. Ça ne fonctionne pas
  • Étape 5 : Retour à la case départ. Je dois de nouveau créer le compte. Ok. Wow ça fonctionne !
  • Étape 6 : Je passe à l’étape de la vérification et là… je constate que mon panier est vide #fail

Pour être honnête, c’est à ce moment précis que j’ai pris la décision de faire mon achat sur Amazon, d’acheter en un simple clic et pour 16$ de moins pour exactement le même produit. J’avoue, j’ai choisi la facilité. Mais si je l’ai fait, combien d’entre vous le font ? Il y a quelques années (en 2011), une annonce faisait écho à cette complexité de l’achat numérique et faisait sourire bon nombre d’entre nous. Triste constat de réaliser que c’est toujours valable aujourd’hui, six années plus tard.

Mais alors, pourquoi nos belles entreprises québecoises ont-elles tant de difficulté à transformer l’essai ?

Est-ce qu’on veut regarder le train passer ou monter à bord ?

J’entends souvent dire que le commerce en ligne détruit des emplois. Cet argument, c’est clairement celui de la résistance. En effet, avez-vous pensé aux emplois que le commerce en ligne crée ? Le numérique transforme les emplois, il ne les détruit pas.

Par ailleurs, la société évolue, c’est un fait. Le contexte et les façons d’acheter changent aussi. La vraie question est de savoir si l’on veut regarder le train passer ou monter à bord ? Le numérique ne va pas disparaitre alors à quoi cela sert-il de repousser l’échéance ? Il faut dès aujourd’hui l’adopter et envisager vos stratégies d’affaires et de développement en l’intégrant pleinement. Ce n’est plus une question de choix, il est plus que temps d’agir.

 

Les chiffres1 sont clairs et le constat est sans appel : la demande existe, reste à savoir y répondre.

Et les rumeurs autour de l’implantation d’un potentiel siège social d’Amazon à Montréal ravivent clairement toutes ces questions liées à l’enjeu du numérique.

Le géant Amazon va-t-il changer la donne ?

Si cela était avéré, l’arrivée d’Amazon représenterait pas moins de 50 000 emplois et 5 milliards de dollars d’investissements.

On comprend mieux pourquoi toutes les grandes métropoles canadiennes se rêvent en prochain siège social du leader mondial des ventes en ligne !

Et avec cette implantation, autant vous dire que nos entreprises vont devoir se mettre rapidement en mode commerce en ligne. Comment lutter face au géant qui propose la livraison 7 jours sur 7 et des prix imbattables ?

Certes, la différenciation aura son rôle à jouer mais on ne va pas se leurrer, sans un achat en ligne facilité, l’expérience utilisateur va vite tourner court et le prédominance d’Amazon n’en sera que plus grande !

Le conseil de l’expert

Premièrement, en terme de stratégie marketing, penser « adaptation » numérique est une erreur. Pour optimiser vos process, il faut intégrer le numérique à la base. Trop souvent, on considère le numérique comme une division annexe dans l’organisation des entreprises. Il devrait être intégré à chaque niveau.

Deuxièmement, ayez la vision multicanale dans le parcours d’achat du client. Certains vont magasiner en point de vente pour ensuite acheter en ligne. D’autres vont magasiner en ligne pour acheter en magasin, etc. Il n’existe pas un type de parcours d’achat mais une multitude. Si vous intégrez ce facteur dans votre stratégie initiale, vous avez toutes les cartes en mains pour propulser vos ventes et optimiser vos chances de succès.

Enfin, gardez toujours à l’esprit qu’une bonne stratégie marketing s’établit sur le long terme. Les entreprises qui ont réussi leur transition numérique ont toutes le point commun d’avoir perçu le ROI comme un objectif à long terme. Chaque action engagée doit s’inscrire dans une stratégie globale et ne doit pas être une succession d’actions déconcertées. Vos ventes à long terme n’en seront que meilleures !

Et n’oubliez pas que si le marketing numérique fait beaucoup, il ne peut pas tout endosser. Avant d’entamer toute démarche, assurez vous de proposer un prix cohérent, de faciliter le processus d’achat pour le client et d’avoir un système logistique organisé avec une livraison efficace !


1 Source CEFRIO, 1er semestre 2017

Augustin Vazquez-Lévi

Président fondateur d’AOD Marketing, une agence spécialisée dans le marketing numérique, Augustin est véritable expert en SEO et en analytique web. Domaines dans lesquels il a près de 15 ans d’expérience. Depuis 2016, Augustin siège sur le conseil d’administration d’Insertech. AOD Marketing a également été récompensé en 2016 pour son travail pour le compte du Cirque du Soleil en remportant un Boomerang “Artisan SEO”.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre infolettre

Envoyez-nous vos nouvelles!

Faites parler de vous en envoyant votre nouvelle ou vos communiqués à ActusMédiasQC.

Envoyer vos nouvelles

Abonnez-vous à notre infolettre

Les événements à venir

  1. Les marques de commerce et la propriété intellectuelle

    22 novembre @ 9 h 00 min - 10 h 30 min
  2. Conférence pour le lancement de l’Observatoire international en management du sport (OIMS)

    29 novembre @ 17 h 30 min - 20 h 00 min
  3. Cinéma en salle : un problème de plateforme ou de contenu?

    30 novembre @ 11 h 30 min - 13 h 30 min
  4. Le commerce de détail : en magasin ou en ligne

    1 décembre @ 8 h 00 min - 12 h 00 min
  5. Grande Conférence de l’AQT avec Louis Roy, Optel

    5 décembre @ 12 h 00 min - 14 h 00 min
/* ]]> */